Quoi de mieux qu’un sujet d’actualité pour travailler l’EMI avec nos élèves ?
Le sujet des fake news s’inscrit en effet dans un vaste domaine, celui de l’Éducation aux Médias et à l’Information. Le but de cette « éducation » transdisciplinaire est de former des cybercitoyens éclairés, doublés de lecteurs et diffuseurs de contenus autonomes, au sens critique acéré. C'est aussi la discipline idéale pour confronter ses idées à celles des autres, évoluer dans sa pensée et se forger une opinion personnelle.
Futurs acteurs de l'information, les jeunes élèves ont besoin d'être guidés dans cette complexité.
Aborder l'EMI sous l'angle des fake news plait aux élèves parce que c'est plutôt original et que l'on part de leurs représentations de l'information. C'est par ailleurs l'occasion parfaite pour travailler l'éducation aux pratiques numériques qui y est intimement liée.

Les textes

Je me disais à tort qu’aborder ce type de thématique relevait plutôt du collège et qu’à l’école primaire, les élèves n’étaient que peu concernés. C’est pourtant un sujet qui m’attire. Les discussions de certains élèves en classe ont fini par me convaincre de m’y intéresser de plus prêt. La petite phrase de Kylian « Je l’ai vu sur une vidéo Youtube. » a été l’argument décisif.
En plus, je ne peux pas dire que je me sens compétent en la matière, encore moins formé.

Or L’EMI est inscrite dans la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République de juillet 2013 et apparaît dans le Socle Commun en tant que sujet d’étude et qu’objet de travail par l’usage des outils numériques.
Les programmes de 2018 font la place belle à l’EMI avec des compétences transdisciplinaires et le parcours citoyen. Le Conseil Supérieur des Programmes a rédigé des orientations dont l’ambition est que l’enfant développe des compétences pour devenir un citoyen libre, éclairé et responsable, capable de s’informer et d’exercer son esprit critique, et d’agir de manière autonome dans la société contemporaine de l’information et de la communication.
Un document de travail réalisé pour les enseignants par l’Académie de Toulouse sert de base pour l'éducation aux médias et à l'information au cycle 3 ; il a été nommé «matrice EMI».
Un dossier complet sur Eduscol peut vous accompagner.

Si vous faites des recherches Internet sur le sujet, vous réaliserez rapidement que les ressources sont plus nombreuses pour le cycle 4, mais qu'il existe des pépites pour les autres cycles.

Définitions

Le terme générique fake news englobe plusieurs notions interconnectées :

  • la  désinformation qui vise à tromper l’opinion publique,
  • les canulars pour tromper ou abuser de la crédulité d’une personne de manière ciblée,
  • la propagande dans le but de diffuser des idées et modifier les comportements
  • les erreurs volontaires ou non dans la transmission d’informations.

Ces fake news ont la faculté de se propager à vitesse grand V grâce aux réseaux sociaux,  Internet étant leur moyen de diffusion majeur, même si les autres médias peuvent en être les vecteurs.

La Commission d'enrichissement de la langue française recommande l'emploi d’autres termes comme le néologisme infox (contraction de information et intoxication) ou tout simplement fausse information.

La dernière enquête d’opinion Conspiracy Watch-Fondation Jean-Jaurès sur le complotisme en France, datant de février 2019, indique que deux français sur trois croient en au moins une théorie du complot. Êtes-vous toujours sûr(e) qu'éduquer dès l’enfance nos élèves à l’esprit critique est prématuré ?

Les 3 pourquoi ?

Pourquoi certaines personnes produisent des fake news ?

Comme évoqué ci-dessus, il y a plusieurs raisons :

  • gagner de l'argent (grâce à de nombreux clics ou de la pub),
  • faire rire,
  • modifier la réalité, tromper et convaincre de son point de vue,
  • nuire à une personne ou des groupes de personnes (juifs, homosexuels, noirs...)

Pourquoi certaines personnes (nous !) croyons les fake news ? Et les partageons...

Les informations fausses qui nous parviennent, souvent par des sources informelles comme les réseaux sociaux, mais parfois aussi par des sources crédibles comme la presse, les journaux télévisés, ont des critères communs : aspect choquant ou limite croyable (quel paradoxe !), des légendes ou commentaires très sérieux se référant à des sources officielles, un aspect urgent. L'information circulant vite, nous sommes parfois tentés d'être les premiers à la relayer. De plus, lorsqu'un information confirme nos propres préjugés, nous avons plus tendance à la croire et la communiquer. Alors, prudence !

Pourquoi se former à leur détection ?

En tant que citoyens, les élèves doivent exercer leur esprit critique afin de s’informer de manière autonome et responsable. Les réseaux sociaux sont malheureusement plutôt un univers de l'entre soi et de l'immédiateté : l'EMI est là pour ouvrir les yeux de manière élargie.
Et dernier point mais non des moindres, les élèves sont friands de ce genre de "jeu"où ils enquêtent.

Porte d’entrée

Au lieu de grands discours, je préfère vous présenter une petite collection de séquences (de 1 à 3 séances) en version fiche synthèse voire en version extrait.
Si l’une d’entre elles vous fait vous dire « Et si je me lançais ? », le lien En savoir plus vous permet d’accéder à un contenu plus étoffé.

Juste avant, je vous recommande 4 pistes :

Des séquences, des séances faciles

1. La manipulation de légendes

Objectifs : Décoder les images dans les médias. Créer, transformer et publier des contenus.
Principe : Séance 1 :  les élèves découvrent une image accompagnée d'une légende erronée mais crédible (à vous d'en créer une comme celle-ci). Des échanges portent sur la véracité du texte, l'image en disant peu. Séance 2 : les élèves écrivent une légende sur une image et découvrent le pouvoir des mots. Un recueil ou une exposition sont de bons vecteurs vers les autres classes.
En savoir plus

2. La manipulation des images

SarahRichterArt

Objectif : Décoder les images dans les médias.
Principe : Séance 1 : les élèves découvrent une image légendée et s'expriment sur la pertinence des mots utilisés. Une deuxième version de la même image (qui était en fait recadrée) leur donne l'occasion de s'exprimer sur le piège dans lequel ils sont tombés. Séance 2 : les élèves se voient confier une image trafiquée (ici par exemple) ou pas et doivent convaincre le groupe qu'elle est "vraie". Un vote précédé d'une révélation permet de réfléchir à deux fois avant de diffuser.
En savoir plus et CLEMI
A lire : le guide de vérification de Les Observateurs France24

3. La manipulation des vidéos

Objectif : Décoder les vidéos dans les médias.
Principe : les élèves découvrent une vidéo mystérieuse et s'expriment sur sa pertinence. La suite du reportage leur donne l'occasion de s'exprimer.
En savoir plus

4. La manipulation des textes

Objectifs : S'interroger sur la validité et sur la fiabilité d'une information, son degré de pertinence. S'initier à la déontologie des journalistes.
Principe : 6 groupes d'élèves reçoivent une information différente (3 vraies / 3 fausses). Chaque groupe en prend connaissance puis doit expliquer au reste de la classe s'il le choix de la diffuser ou pas et pourquoi. En fin de séance, on peut sonder le groupe puis dire si ce sont de vraies ou de fausses informations.
En savoir plus

5. A la pêche aux infos


Sur le site classetice.fr, une petite compilation de sources contenant de fausses infos.
Objectif : S'interroger sur la validité et sur la fiabilité d'une information
Principe : les élèves peuvent trouver sur un des sites la ou les fausses infos puis expliquer au groupe classe les indices qui lui permettent de le penser.
En savoir plus

6. Vérifier ses sources

Objectifs : S'interroger sur la validité et sur la fiabilité d'une information. Apprendre à retrouver l'origine d'une information.
Principe : Séance 1 : visionner une vidéo "Info ou intox" et lister les techniques de vérification des sources. Séance 2 : analyser et contextualiser des images en cherchant l'origine. Séance 3 : débattre sur les intentions des créateurs/diffuseurs de fake news et les bonnes pratiques de cybercitoyen à connaitre.
En savoir plus, p.42
Je vous recommande vivement de consulter une petite vidéo de présentation de ce professeur des écoles passionnant(e).

Faire preuve d'esprit critique

Et l'esprit critique dans tout ça ? Eh oui, c'est un leitmotiv de l’Éducation aux médias ! Les élèves doivent se forger un esprit critique. Alors, cela revient aux enseignants de mettre en œuvre des dispositifs pédagogiques pour qu'ils le développent et aient le réflexe de se questionner, de douter.

L'idée phare que les élèves doivent retenir à ce sujet est que chacun d'entre nous doit vérifier ses sources et adopter une attitude de doute constructif avant de diffuser une information, que ce soit un texte, une image ou une vidéo.
DIY : do it yourself, vérifie toi-même.

Vérifier ses sources oui, mais comment ?
En contextualisant. Les questions essentielles à se poser sont au nombre de 3 :

  • qui est l'auteur de l'information ?
    En est-il à l'origine ? Si non, remonter le fil peut s'avérer instructif.
  • de quand date cette information ?
    Des nombreuses informations étonnantes sont tout simplement périmées.
  • d'où vient l'information ?
    Quel site ? Un site parodique ???

Si vous avez des sources, cela vaut la peine de s'y pencher et de croiser les données avec celles d'autres sites, trois au minimum.

Avec quels outils ?

  • un moteur de recherche permet de trouver pas mal de choses ... avec les bons mots-clés ; c'est l'occasion d'y réfléchir avec les élèves.
  • un moteur dédié aux actualités (pour le nom d'une personne ou d'un lieu) ou aux images (Google...).
  • contacter l'auteur d'une information étonnante est possible, par email en général.

Et après ?

Comme on ne combat que ce que l'on comprend bien, l'étape suivante est de fabriquer soi-même de l'information, créer du contenu.
Les fake news constituant une bonne amorce (de l'éducation aux médias), vous pouvez ensuite élargir le sujet à d'autres problématiques en visualisant quelques petites vidéos 1 jour, 1 question, une émission télé réalisée par une équipe France TV et Milan Presse, qui décortique des sujets divers dont les médias. Voici 2 titres : A quoi ça sert de s'informer ? et Comment un journaliste recueille-t-il les informations ?
Cette semaine (du 13 mars 2019), l'asso EMC partageons propose des scénarios autour de la Une des journaux. Et surtout, le site du CLEMI vous offre de nombreuses pistes de travail en particulier dans sa brochure spécifique à l'école primaire. Vous allez devenir un acteur/une actrice de l'éducation par les médias !

En plus : pour les parents

Le guide pratique La famille Tout-Ecran réalisé par le CLEMI peut être communiqué aux familles. Elles peuvent également consulter des vidéos sur Youtube en tapant « La famille Tout-Ecran » dans un moteur de recherche.

Sollok29 [CC BY-SA 4.0]

Sources

image en tête : SarahRichterArt