Enseignante en cycle 3, Virginie fait vivre un "voyage intérieur" à ses élèves. Elle nous présente les éléments de sa pratique et fait du lien entre méditation et gestion des émotions.

Bonjour Virginie ! Peux-tu te présenter ?
Professeur des écoles depuis une douzaine d’année en Loire Atlantique, j’enseigne depuis maintenant six années en CM dans une école de 15 classes dont une classe ULIS.
Animatrice titulaire d’un BEATEP (Brevet Etat de Technicien d’Education Populaire) en milieux naturels puis coordinatrice et directrice adjointe ou de centres de classes de mer et de village vacances famille, j’ai ensuite réalisé une formation de formateurs et j’intervenais donc en parallèle sur des formations en BEATEP en CAP petite enfance. J’ai aussi participé à la création de formations et les ai animées pour les acteurs de l’Éducation à l’environnement en Loire Atlantique, dont des enseignants, des paludiers, des directeurs de structure.
Dix ans après, eh oui le temps passe vite, les mots "stabilité", "professionnalisation", "éducation" se bousculant dans ma tête, j'ai passé le concours de professeur des écoles en 2009, suite à deux années intenses mais passionnantes de formation.

Depuis quand pratiques-tu la méditation ? Qu'est-ce qui t'y a amenée ?
Je pratique ce que j'appelle « le voyage intérieur » depuis l’année dernière à l’école même si j’enrichissais auparavant ma pratique de temps de Brain gym, de Qi-Gong et de respiration consciente. Le programme de ce « voyage intérieur » fait suite à trois formations réalisées en quatre années : professeur de yoga pour enfants, méditation dans les écoles et Éducation Émotionnelle. 12 thèmes y sont traités : prendre sa place dans le groupe et apprivoiser le silence, découvrir son corps et son souffle, la concentration, la confiance en soi, la communication non violente, la bienveillance et l’empathie...

Peux tu nous décrire l'activité de ce « voyage » que tu fais aujourd'hui ?
13h30 : La sonnerie de l’après-midi retentit. Mes petits élèves s’installent calmement dans la classe. Le temps du « voyage intérieur » peut démarrer. Les élèves se lèvent en se répartissant dans la classe. Nous réalisons, comme tous les jours la salutation aux autres puis celle à la vie.
Aujourd’hui la séance est consacrée aux émotions. J’explique d’abord aux enfants l’intention de la séance : «prendre conscience des émotions : expérimenter des exercices pour avoir des ressources quand je me sens en colère ». Suite à un petit rituel d’ouverture de la séance, je demande aux enfants d’écrire dans leur carnet de voyage intérieur, qui est leur jardin secret, une colère vécue récemment.
Les élèves s’assoient ensuite correctement sur leur chaise ou en tailleur sur leur bureau, le dos droit, le menton légèrement rentré, les pieds bien ancrés dans le sol. Je les invite alors à identifier ce qu’ils ressentent dans leur corps, quelle forme prendrait cette colère, quelle couleur, à quel endroit elle est localisée… je les guide alors, eux gardant les yeux fermés pour mieux ressentir… cette séance est la troisième sur les émotions, donc déjà ritualisée.
On va enfin explorer différents exercices pour libérer cette émotion de colère : la posture de yoga du lion, le volcan, déposer sa colère à la terre qui va la recycler…
On observe maintenant comment on se sent dans son corps avant de fermer la séance avec le même rituel qu’au départ.
Un temps de discussion et de partage s’ensuit pour exprimer ses ressentis, ses expériences, les bienfaits éprouvés ou les difficultés à expérimenter cette séance et à rester centré sur soi.
Aucun jugement, juste une écoute bienveillante…

Et les autres jours ?
Les séances changent chaque jour : méditations de concentration sur de la musique ou guidées, méditations de pleine conscience ou en mouvement, jeux d’éducation émotionnelle, postures ou séances entières de yoga, communication non violente…

Selon toi, quels sont les intérêts de ces pratiques ?
Lors de la méditation, l'énergie circule plus facilement dans le corps et dans le cerveau, ce qui a pour effet d'apaiser la tension artérielle et le système nerveux. Cela permet de gérer son stress et ses émotions tout en améliorant sa concentration, d’augmenter sa propre confiance, de diminuer le stress musculaire et mental. En plus, elle permet d'acquérir de meilleures compétences cognitives et une mémoire plus efficace.
Je trouve aussi qu'ils parviennent mieux à identifier et exprimer leurs émotions, leurs besoins et qu'ils développent une meilleure qualité d’écoute ainsi que plus d’empathie et de bienveillance pour les autres.
Attention ce n’est pas non plus une méthode miracle ! Il faut une très grande régularité et sur une période importante ! Les enfants très perturbateurs ou violents ne deviennent pas non plus des anges mais leur comportement évolue quand même, trop doucement parfois à mon goût mais il faut apprécier chaque petit progrès !
Les conseils d’enfants Freinet et les ceintures de comportement m’aident aussi dans la gestion des règles de vie de la  classe !

Est-ce que tous les élèves adhèrent et quels effets cela produit sur les apprentissages ?
J’ai aujourd’hui peu de recul par rapport à l’intégration de ces méthodes dans ma pratique de classe mais je remarque quand même des enfants plus posés, plus concentrés en fin d’année et des déblocages liés aux apprentissages.
Je réalise tous les ans un bilan d’année sur ce que les élèves ont apprécié ou non dans la classe et ce qu’ils ont retenu de cette année scolaire. Tous les enfants de la classe ont apprécié ce temps de voyage intérieur ; je m’attendais à environ 75%. Quelques élèves de l’année dernière continuent encore à s’isoler pour se recentrer ou méditer.

Est-ce justement lié à des objectifs d'apprentissage ?
Le « voyage intérieur » est parfaitement intégré dans mon projet pédagogique, pour rester dans les « clous » des programmes, qui se décline en trois parties :
- Le lien avec soi-même : éveiller l’enthousiasme, le bien être, le silence en soi, la concentration, avec notamment le temps de voyage intérieur mais aussi une semaine théâtre.
- Le lien avec les autres : partenariat avec une Maison familiale Rurale et une maison de retraite. Je forme aussi des élèves médiateurs de conflits dans les deux classes de CM1.
- Le lien avec la nature : création d’un jardin en permaculture sur l’école, sorties nature (sur les insectes, la nature au fil des saisons…).

Trois domaines interviennent dans ce temps de voyage intérieur :
- L’éducation civique et morale avec trois items des nouveaux programmes : Penser par soi-même et avec les autres, La sensibilité (soi et les autres), Le droit et la règle : des principes pour vivre avec les autres.
- L’EPS (séances de yoga, Brain Gym)
- Lire dire écrire : les élèves possèdent un cahier de « voyage intérieur » dans lequel ils écrivent (lors de temps institués) ce qu’ils ressentent, ce qu’ils vivent ou préparent le prochain débat philosophique.

Est-ce que cela t'apporte quelque chose à toi ?
Je trouve la classe beaucoup plus posée et concentrée en fin d’année.
Comme je pratique moi-même le yoga et la méditation ou la respiration consciente depuis quelques années, cette pratique associée à d’autres me permet de recevoir les événements de manière plus posée, de me calmer et de réagir de manière moins fougueuse face à un enfant au comportement inadapté. Attention, je ne suis pas toujours zen et certains jours, moins centrée ou plus fatiguée, il m’arrive aussi de me fâcher dans la classe !

Comment évolue ta pratique ? As-tu des projets à ce sujet ?
Je vais plus insister l’année prochaine sur la méditation pour amener mes « petits yogis » à plus s’intérioriser et calmer leur mental.

Qu'en pensent les parents ?
Les parents semblent aussi ravis : ils me transmettent des témoignages oraux ou écrits. Ils trouvent pour beaucoup, leur enfant plus posé, plus motivé et plus enthousiaste dans les apprentissages, plus à l’aise dans son corps et avec les autres.
J’explique toutes mes pratiques lors de la réunion de parents et ouvre aussi ma classe à ceux qui souhaitent une ou deux fois dans l’année pour venir observer un temps d’apprentissage.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui veut se lancer ?
C’est bien de pratiquer déjà, même un tout petit peu, des exercices de respiration ou de méditation ou de participer à des séances de yoga, de QI-Gong ou autres. Des exercices de respiration, de cohérence cardiaque ou des méditations guidées sont aujourd’hui proposés gratuitement sur Internet. J’en utilise parfois dans ma classe. Quelques livres proposent aussi des jeux, des activités sur ce thème comme « Calme et attentif comme une grenouille » d’Eline Snel (le plus connu) ou « 100 jeux avec Namasté pour la concentration, les émotions et la socialisation des enfants », « Tout est là, juste là » de Jeanne Siaud Facchin. Mais le mieux reste quand même une formation.

Virginie, merci pour ton témoignage !